interception avion de chasse

10 Fév Bombardiers Russes interceptés au large des côtes françaises

La Russie recommence ses démonstrations de force et manœuvres d’intimidation qui ont conduites à l’interception de deux bombardiers au large des côtes françaises. Voici le communiqué de l’armée de l’air. Deux bombardiers stratégiques russes Tu-160 Blackjack ont survolé les eaux internationales et se sont approchés d’une centaine de kilomètres des côtes françaises, sans jamais pénétrer notre espace aérien. Ils ont été interceptés et escortés par les chasseurs de l’armée de l’air tout au long de cette approche des côtes françaises. L’alerte est donnée à 07h00 par le centre d’opérations de l’OTAN d’UEDEM (en Allemagne), qui contacte alors le Centre national des opérations aériennes de Lyon Mont-Verdun. 6 avions russes se dirigent à proximité des côtes norvégiennes et sont rapidement pris en compte par la Permanence Opérationnelle (PO) norvégienne. 4 des 6 avions repartent alors en direction de la Russie, tandis que deux chasseurs bombardiers russes de type Tu-160 Blackjack poursuivent leur vol en direction du Royaume-Uni. Ils sont accompagnés par les Eurofighter Typhoon britanniques. Contournant l’Irlande par l’ouest, les deux avions russes se dirigent alors vers la Bretagne. En parallèle, dès 07h30, la haute autorité de défense aérienne (HADA) décide de déployer un E-3F pour suivre la progression des chasseurs russes et positionne également vers 11h00, un avion ravitailleur C-135 sur zone. Vers 12h30, à l’approche des deux bombardiers russes près des côtes françaises, la HADA fait décoller 2 Mirage 2000-5 de la PO de Lorient, pour les intercepter et les escorter. 1 Rafale de la PO de Saint Dizier rejoint également la formation pour une interception à 13h. Descendant en direction de l’Espagne, ce dispositif a accompagné les avions russes jusqu’à l’arrivée des chasseurs espagnols F-18 avant que les bombardiers russes n’entament leur trajet retour. Ces interceptions et escortes ont été dirigées par le Centre national des opérations aériennes de Lyon Mont-Verdun, en étroite collaboration avec les deux centres d’opération de l’OTAN du nord (Uedem) et du sud (Torrejón). Au cours de cette mission de protection de l’espace aérien, l’Armée de l’Air aura engagé 2 Rafale, 2 Mirage 2000-5, un avion ravitailleur C-135 et un E-3F AWACS afin de garantir la souveraineté de l’espace aérien national.
Crédit photo : Armée de l’air.

interception avion de chasse